Méthodes

Le développement du rythme de sommeil

Text Sarah Schoch; Translation Janina Hartnack

Le sommeil occupe une grande partie de notre temps dans la vie. Or celui-ci remplit également des fonctions importantes pour le cerveau, la santé et le développement. Surtout chez les petits enfants il reste en grande partie incertain pourquoi il y a autant de différents patterns de sommeil. Nous recherchons comment les rythmes de sommeil se développent chez les bébés et quels facteurs influencent ce développement.

La plupart des adultes dorment entre 7 et 9 heures par jour et passent ainsi environ un tiers de leur vie à dormir. 1 Les enfants passent encore plus de temps à dormir – dès la naissance les enfants dorment jusqu’à 19 heures par jour. 2Toutefois le comportement du sommeil est très variable durant l’enfance et il existe de grandes différences interindividuelles. Cette différence diminue avec l’âge, ce qu’on peut mesurer par la durée du sommeil par exemple. Il est intéressant de voir que l’on peut déjà constater des types différents chez les bébés : des bébés, qui à l’âge de 2 mois dorment beaucoup, sont aussi à l’âge de 6 mois plutôt des grands dormeurs. 3

Tandis que les adultes présentent généralement un rythme de 24 heures, chez les enfants ce rythme doit tout d’abord s’établir. Ainsi, les petits enfants dorment toutes les quelques heures (sommeil polyphasique) de manière répartie tout au long de la journée. Cela peut prendre jusqu’à 7 années pour que le sommeil ait lieu seulement pendant la nuit (sommeil monophasique). 2 Même ici on trouve de très grandes différences entre les enfants, les familles et les cultures.

Même si cela donne impression, le corps est tout autre qu’inactif durant le sommeil.

De multiples fonctions cellulaires, comme la synthèse des protéines et la réparation du tissu, ont lieu davantage durant le sommeil. 4, 5 De plus, le sommeil est important pour les fonctions cognitives, comme l’apprentissage par exemple. 6 Par conséquent cela facilite la mémorisation d’informations quand on dort entre l’apprentissage et le rappel, au lieu de rester réveillé.  7

Grâce à des études animales il a été constaté que le sommeil est lié avec le développement de fonctions fondamentales du cerveau (par exemple le développement du système visuel). 8 Or il est plus difficile de mener des recherches sur les humains. Cependant on suppose qu’il y ait un lien entre le sommeil chez les enfants et le développement futur des capacités cognitives et sociales. 9,10 

Dans des études préalables nous avons pu montrer que le sommeil profond connaît un développement similaire à celui de la maturation anatomique du cerveau.

À l’aide d’un électroencéphalogramme (EEG) nous avons mesuré les ondes lentes du sommeil profond et illustré en couleur (Figure 1). 11 Avec nos études en cours nous souhaitons trouver quels facteurs jouent un rôle dans le développement des rythmes de sommeil chez les bébés.

Figure 1. La vue depuis le haut sur la tête montre la répartition des ondes lentes (SWA, 1-4.5 Hz) de 5 (à gauche) à 20 ans (à droite). Sont représentées en rouge les zones avec beaucoup d’ondes du sommeil profond, et en bleu les zones avec moins d’ondes du sommeil profond. Chez les petits enfants les ondes sont le plus marqué au-dessus de l’arrière de la tête et se déplacent avec l’âge vers l’avant. 11 (vers l’image originale) 

Références 

  1. Borbély, A. (2015). Schlaf. S. Fischer Verlag.
  2. Iglowstein, I., Jenni, O. G., Molinari, L., & Largo, R. H. (2003). Sleep duration from infancy to adolescence: reference values and generational trends. Pediatrics111(2), 302-307.
  3. Figueiredo, B., Dias, C. C., Pinto, T. M., & Field, T. (2016). Infant sleep-wake behaviors at two weeks, three and six months. Infant Behavior and Development44, 169-178.
  4. Ramm, P., & Smith, C. T. (1990). Rates of cerebral protein synthesis are linked to slow wave sleep in the rat. Physiology & behavior48(5), 749-753.
  5. Landis, C. A., & Whitney, J. D. (1997). Effects of 72 hours sleep deprivation on wound healing in the rat. Research in nursing & health20(3), 259-267.
  6. Rasch, B., & Born, J. (2013). About sleep’s role in memory. Physiological reviews93(2), 681-766.
  7. Gais, S., Lucas, B., & Born, J. (2006). Sleep after learning aids memory recall. Learning & Memory13(3), 259-262.
  8. Frank, M. G., Issa, N. P., & Stryker, M. P. (2001). Sleep enhances plasticity in the developing visual cortex. Neuron30(1), 275-287.
  9. Simola, P., Liukkonen, K., Pitkäranta, A., Pirinen, T., & Aronen, E. T. (2014). Psychosocial and somatic outcomes of sleep problems in children: a 4‐year follow‐up study. Child: care, health and development40(1), 60-67.
  10. Gregory, A. M., Caspi, A., Eley, T. C., Moffitt, T. E., O’Connor, T. G., & Poulton, R. (2005). Prospective longitudinal associations between persistent sleep problems in childhood and anxiety and depression disorders in adulthood. Journal of Abnormal Child Psychology33(2), 157-163.
  11.  Kurth, S., Ringli, M., Geiger, A., LeBourgeois, M., Jenni, O. G., & Huber, R. (2010). Mapping of cortical activity in the first two decades of life: a high-density sleep electroencephalogram study. The Journal of Neuroscience30(40), 13211-13219.

Photo de Julian Hochgesang à Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *