Journalisme scientifique

Un appel à la normalisation méthodologique : Mesure du sommeil des jeunes enfants en milieu naturel

Texte de Sarah Schoch, Salome Kurth, Helene Werner

L’un des objectifs de la science est de généraliser les résultats au-delà des études pures. En ajoutant d’autres études et en comparant les résultats, la connaissance se construit par étapes. Ce processus montre si les résultats sont valables pour différentes populations ou différents groupes de participants. L’un des fondements de ce processus est que les études sont comparables et reproductibles.

Une nouvelle étude publiée dans le « Journal of Sleep Research » par des chercheurs de l’Hôpital universitaire de Zurich, de l’Hôpital universitaire pour enfants de Zurich et de l’Université de Fribourg a testé la comparabilité de la recherche avec l’exemple de la recherche sur le sommeil des nourrissons et des enfants en milieu naturel. Les articles publiés au cours des 8 dernières années ont été évalués en fonction de la conception de l’étude et des détails méthodologiques pertinents pour la reproductibilité.

Le sommeil des jeunes enfants est généralement mesuré à l’aide de capteurs de mouvement (actigraphes), semblables aux appareils de suivi de la condition physique vendus dans le commerce. À partir des modèles de mouvement/inactivité, le comportement veille/sommeil est calculé et intégré dans la question qui nous intéresse. Les avantages de l’actigraphie sont qu’elle est facile à appliquer chez les enfants et qu’elle est utilisée en dehors du laboratoire de recherche – dans l’environnement naturel du sommeil – sur des périodes plus longues. Ces avantages rendent l’actimétrie attrayante pour de nombreuses recherches. Cependant, l’existence de plusieurs appareils différents et de diverses méthodes de calcul entrave la comparaison des résultats entre les différentes études. Pourtant, une telle comparaison est cruciale pour générer des connaissances fondamentales – comme par exemple le type de sommeil sain pour les enfants.

Plus précisément, l’étude a révélé que le sommeil diurne (siestes) est une lacune très sous-étudiée de la recherche. Bien que les siestes représentent 20 % du sommeil total chez les nourrissons, 45 % des études pédiatriques sur le sommeil n’ont pas du tout évalué le sommeil diurne. En outre, si les rapports méthodologiques concernant le modèle de l’appareil, le placement de l’appareil sur le corps et l’utilisation d’un journal du sommeil étaient bons, en revanche, les rapports étaient moins bons en ce qui concerne la durée de l’époque enregistrée, l’algorithme d’analyse, l’identification des artefacts, la perte de données et la définition des variables utilisées pour l’analyse.

Enfin, la normalisation des rapports est essentielle pour les grandes données entreprises. Seules les synergies entre les banques de données permettent de découvrir des modèles à l’échelle mondiale, non seulement dans le sommeil, mais aussi dans d’autres mystères biologiques restants.

Source:

Source:
Actigraphy in sleep research with infants and young children: Current practices and future benefits of standardized reporting, Schoch S, Kurth S, Werner H, Journal of Sleep Research
Publié le 8 Juillet 2020

Financement :
Cette étude a été soutenue par l’Université de Zurich (Programme prioritaire de recherche clinique « Sommeil et santé » et Forschungskredit FK-18-047), la Faculté de médecine de l’Université de Zurich, la Fondation pour la recherche en sciences humaines de l’Université de Zurich et le Fonds national suisse de la recherche scientifique (PCEFP1-181279 ; P0ZHP1-178697).

Remerciement :
Nous remercions Fiona Pugin et Maya Ringli pour leur contribution à la conception de l’étude. Nous remercions les experts du domaine pour leurs contributions orales ou écrites au sujet : Annie Bernier, Mona El-Sheikh, Caroline Guyer, Wendy Hall, Hideya Kodama, Monique LeBourgeois, Beth Malow, Isabel Morales-Muñoz, Thomas Penzel, Franziska Ryser, Anat Scher, Amy Schwichtenberger, Ron Seifer, Rebecca Spencer, Liat Tikotzky, Brain Vaughn, Jussi Virkkala et Eva Winnebeck. Nous remercions les étudiants du cours de biomédecine BME348 à l’Université de Zurich (Using Actigraphy in Sleep Research ; 2017) pour leur participation à la recherche documentaire systématique.

Photo par Danijel Durkovic sur Unsplash