Journalisme scientifique

Comme dans un rêve

Par Sarah Schoch

Avec l’aimable autorisation de The Inquisitive Mind (In-Mind) Original source

Nous rêvons souvent de choses qui nous occupent dans la vie quotidienne. Une nouvelle étude montre maintenant que l’incorporation d’une tâche dans un rêve est associée à une meilleure performance dans cette tâche le lendemain matin.

Les rêves ont toujours fasciné les humains. La nuit nous donne l’occasion de nous immerger dans d’autres mondes et de vivre des expériences qui ne sont pas possibles dans la réalité (par exemple, voler). Parfois, nous sommes même capables de réaliser que nous rêvons et nous pouvons influencer nos rêves (ce qu’on appelle le « rêve lucide »). Cependant, les fonctions du rêve ne sont pas encore claires. Comme d’importants processus de consolidation de la mémoire se déroulent pendant le sommeil, il existe l’hypothèse que les rêves sont liés à la mémoire.

Dans une nouvelle étude, nous avons cherché à savoir si nous pouvons faire rêver une tâche de mémorisation à des participants et, si oui, si cela influence leurs performances dans la tâche de mémoire. Nous avons invité 22 participants à passer 3 nuits dans le laboratoire du sommeil. La première nuit, les participants se sont habitués au nouvel environnement de sommeil. Au cours des deux autres nuits, ils ont effectué une tâche d’association mots-images et ont été invités à faire part de leurs rêves. Au cours d’une des nuits, ils ont été réveillés 6 fois pour recueillir leurs rapports de rêves. L’autre nuit, nous n’avons recueilli les rêves que le matin. Le matin, après les deux nuits, on a demandé aux participants de se rappeler des associations.

Premièrement, nous avons analysé si les éveils ciblés avaient une influence générale sur l’éveil. Nous avons constaté que si les réveils altéraient la qualité du sommeil tant subjectivement qu’objectivement, il n’y avait pas d’effet significatif sur les performances de la mémoire. Dans un deuxième temps, nous avons constaté que les participants avaient intégré la tâche dans leurs rêves. Cela n’a toutefois pu être mesuré que lorsque les participants ont été réveillés pour recueillir des rapports sur leurs rêves. Si les rêves n’ont été recueillis que le matin, alors aucune incorporation de la tâche n’a été trouvée. Cela est probablement dû au fait que les gens oublient la plupart de leurs rêves et ne se souviennent que de petits détails le matin. En outre, nous avons constaté que l’incorporation des rêves était positivement liée à la performance du lendemain. Cependant, cela n’a été le cas que pour les rêves collectés lors du sommeil NREM (non-rapid eye movement) et non pour les rêves collectés lors du sommeil REM (rapid eye movement).

Cette étude montre qu’il est approprié et nécessaire de réveiller les gens pour recueillir des rapports sur les rêves afin d’étudier les processus du rêve et de la mémoire. En outre, elle donne le premier indice qu’il existe une association entre les rêves et la consolidation de la mémoire pendant le sommeil.

Source:
Schoch, S. F., Cordi, M. J., Schredl, M., & Rasch, B. (2018). The effect of dream report collection and dream incorporation on memory consolidation during sleep. Journal of sleep research, e12754.

Illustration: 
Photo par Ella Jardim via Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *